Type to search

Roumanie: manifestations anti-corruption

Web Exclusives GB Geo-Blog

Roumanie: manifestations anti-corruption

La dénonciation de la corruption est un thème central des manifestations des “indignés” roumains, depuis le 10 janvier 2012. Pourquoi ?

Membre de l’OTAN dès 2004, la Roumanie n’est entrée dans l’Union européenne qu’en 2007. Ces intégrations successives sont les résultats de la “Révolution roumaine” de décembre 1989, dont il a été démontré qu’il s’agissait plus d’un coup d’Etat en partie manipulé depuis Moscou que d’une “Révolution spontanée”. A tout le moins, il s’agit d’une “Révolution” confisquée par la néo-nomenklatura et les agents de la police politique – la Securitate – reconvertis en hommes d’affaires privatisant à leur bénéfice le bien public. Ces derniers se portent bien, merci pour eux.

Pauvreté, corruption

En revanche, la Roumanie s’affiche comme le 2e pays le plus pauvre de l’Union européenne, avec un PIB par habitant en SPA UE-27 base 100 placé à 46.  La Roumanie n’échappe que de 2 points de pourcentage à la dernière place (Bulgarie, 44). Elle se trouve à des années lumière de la France (108) et plus encore du Royaume-Uni (112), sans parler du Luxembourg.

La Roumanie est aussi le 3e pays le plus corrompu de l’Union européenne, avec un Indice de perception de la corruption 2011 de 3,6 sur 10 (Transparency International). La Bulgarie (3,3) et la Grèce (3,4) sont encore plus mal placés, mais il n’y a pas lieu de s’étonner que la dénonciation de la corruption soit au nombre des slogans des manifestants roumains. Nul ne devrait en être surpris, puisque c’est en partie à cause de la corruption que la candidature de la Roumanie à l’UE a été repoussée de 2004 à 2007. La lutte contre la corruption a fait par la suite l’objet d’un suivi spécifique de la Commission européenne. Avec des résultats … manifestement insuffisants. Il importe, pourtant, que les 19,6 milliards d’euros du Fonds européen de la politique de cohésion prévus pour la Roumanie sur les années 2007-2013 soient utilisés au service de l’intérêt général et non de quelques réseaux criminels.

Décompensation et ras-le-bol

Les manifestants formulent des critiques contre l’ensemble de la classe politique, jugée incompétente et corrompue. Cette crise politique survient après plusieurs années de crise économique. En 2009, le PIB roumain a diminué de 6,6% et en 2010 de 1,6%. L’année 2011 affiche une croissance de 1,7% du PIB, mais la répartition sociale des gains n’est pas plus égale que la répartition régionale. Peut-être ces manifestations sont elles aussi à interpréter comme une forme de décompensation post-crise, autant que comme un ras-le-bol des mesures d’austérité du Fonds Monétaire International.

Les opinions exprimées dans ce blog sont strictement personnelles et ne reflètent pas nécessairement celles de Global Brief ou de l’Ecole des affaires publiques internationales de Glendon.

Categories:
Tags:

You Might Also Enjoy This in GB

Leave a Comment