Type to search

Agrégé et fier de l’être!

Web Exclusives GB Geo-Blog

Agrégé et fier de l’être!

Je ne sais pas si c’est bonne pratique de le faire, mais je ne suis pas du genre à me gêner. Fred Lazar sur son blogue plus tôt cette semaine s’en prenait aux universitaires, surtout il recommandait l’élimination de la permanence dans les universités. C’est un sujet à la mode. La revue ‘Academic Matters’ a récemment publiée tout un numéro sur cette question.

D’une certaine façon, il est vrai que la permanence est un anachronisme historique. Peu de gens aujourd’hui ont un travail à vie. Même la fonction publique canadienne s’est débarrassée de la permanence il y a de cela quelques temps.

Les universités américaines d’ailleurs remettent en question de plus en plus la permanence. Dans certaines institutions, elle est devenue quasi-impossible à obtenir. Plusieurs universités embauchent utilisant des contrats renouvelables, comme ce que recommande Mr. Lazar.

Je suis d’accord que le monde universitaire doit se remettre en question. L’option du contrat renouvelable pourrait être intéressante, entre autre, pour un certain nombre de jeunes professeurs, à la recherche d’un poste menant à la permanence. Les universités, surtout au Canada, embauchent peu de ces temps-ci; ce type de poste est très convoité. Les jeunes professeurs agissent trop souvent comme chargé de cours et cela pendant plusieurs années même, une trappe puisqu’après quelques temps ils deviennent périmés et ne sont plus considérés pour des postes à temps plein. Le modèle du contrat renouvelable leur donne une chance de se placer. N’empêche, j’ai un certain nombre d’inquiétudes par rapport à l’option du contrat renouvelable.

1) Quel impact aura l’élimination de la permanence sur la recherche? Mr. Lazar vous dira que cet impact sera bénéfique, pour ne pas dire libérateur. Les chercheurs n’auront plus à se conformer pour obtenir la permanence. Peut-être… La pression de publier sera certainement encore plus forte qu’elle ne l’est déjà; il deviendra impératif de publier pour renouveler son contrat. Pour le renouvellement, on comptera le nombre de livres ou d’articles publiés, ou encore le nombre de bourses de recherche reçues, ce sont les indicateurs les plus simples. Ce sont des indicateurs, toutefois, qui sont bien problématiques. Il ne faut pas mélanger quantité et qualité. La personne qui publiera et recyclera ces idées dans diverses revues sera bien placée. Le chercheur qui n’aura publié qu’une fois, même si l’article est très influent, aura de la difficulté lors de son renouvellement. De plus, il reste possible de faire de la recherche sans grand argent, surtout dans certaines disciplines. Soyons honnête, la recherche qui sort des universités n’est déjà pas toujours très bonne. Il y a trop de revues universitaires, la qualité de ce que l’on y trouve varie grandement. Avec des contrats renouvelables, la situation pourrait être pire.

2) Quel sera l’impact du contrat renouvelable sur l’enseignement? Les universités nord-américaines ont déjà abandonnées les étudiants du baccalauréat. Ces derniers ne comptent plus. Le système favorise déjà l’enseignement et la supervision des étudiants gradués. C’est une tendance qui s’amplifiera avec l’option contrat renouvelable. Qui voudra enseigner au baccalauréat sans y avoir quoi que ce soit à gagner? Si je travaille avec des étudiants gradués, j’aurai des assistants de recherche. Je pourrai atteindre mes objectifs de publication. Si j’enseigne au baccalauréat, ça sera du temps perdu…

3) Qui décidera du renouvellement? L’administration, le doyen? C’est leur donner beaucoup de pouvoir. Si l’objectif est de libérer le chercheur de l’orthodoxie, qu’arrivera-t-il si un chercheur publie quelque chose, ou dit quelque chose publiquement, qui met son doyen dans l’embarras? Un comité d’évaluation, dites-vous? Qui voudra servir son université s’ils n’y sont que pour cinq ans, s’ils n’y sont pas attachés? En passant, il est déjà bien compliqué d’embaucher dans une université. S’il faut être continuellement à la recherche de gens (Mr. Lazar a bien dit que les scientifiques ne doivent pas rester au même endroit trop longtemps), ça sera bien lourd pour l’institution. De plus, les professeurs avec laboratoire et instruments de recherche coûteux ne peuvent pas bouger tout le temps; que de dépenses et de complications inutiles!

Je pense, en fait, qu’il devrait y avoir plus de postes menant à la permanence, plus de professeurs permanents. Les professeurs permanents devraient, cependant, êtres évalués et cela de façon stricte. J’accepte d’être imputable. Un professeur permanent qui ne produit pas devrait être pénalisé sur son salaire, ou avoir une tâche d’enseignement plus lourde, ou encore avoir des responsabilités administratives accrues. Le professeur doit être évalué sur l’ensemble de sa performance, pas juste sur sa recherche. Il est impératif de donner du poids à l’enseignement dans cette évaluation. Le professeur doit avoir une chance légitime d’améliorer sa performance, pour ne pas être constamment pénalisé. Il devrait être possible, aussi, de congédier un professeur qui ne produit pas, un poids mort. Le système de permanence doit être plus flexible qu’il ne l’est en ce moment. La permanence ne doit pas servir d’excuse à l’ineptitude. L’option n’est pas parfaite, mais elle me semble préférable au contrat renouvelable.

La permanence crée-t-elle l’orthodoxie en recherche? Avant l’obtention, peut-être… Mais après, il me semble que le professeur permanent à le droit et la capacité de se défendre! Les professeurs d’université ont d’habitude des personnalités fortes; c’est un milieu qui l’exige. Ils sont capables de se tenir debout!

Agrégé et fier de l’être!

Caveat lector : Les opinions exprimées dans ce blogue sont strictement personnelles et ne reflètent pas nécessairement celles de Global Brief ou de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon.

Categories:

1 Comment

  1. Pierre Roberge December 27, 2009

    Je suis parfaitement d’accord avec votre opinion. Ce débat sur la permanence revient dans le monde universitaire à peu près à tous les dix ans. Il est généralement suscité par des questions économiques plus que par le souci de la qualité de ce qui se passe dans les universités. Il ne faut pas oublier que la permanence a été instituée pour, entre autres, protéger la liberté d’expression et d’opinions.
    Que parmi les professeurs permanents il y en ait qui ne devrait jouir de ce privilège, certes, mais dans cette question les avantages pour l’Université et pour la société dépassent amplement les inconvénients. Les risques que la recherche ne deviennent lier aux dikttats des bailleurs de fonds sont trop grands pour que l’on brade la permanence pour une illusion de “saine” compétition.
    Je suis d’accord à ce qu l’on développe des outils d’évaluation des professeurs premanents qui ont plus de mordants et qui puissent même prévoir dans certains cas extrêmes la perte temporaire ou permanente de la sécurité d’emploi. Mais il ne faut pas que ce soit pas au détriment du développement de la connaissance et surtout que ça ne conduise vers cette dérive qui veut que la transmission de la connaissance, l’enseignement, soit reléguée au second plan. Le modèle américain n’est pas nécessairement l’exemple à suivre.

    Un professeut permanent à la retraite, après plus de trente années de vie universitaire riche et variée en expériences.
    Pierre Roberge

Leave a Comment

Next Up