L’Europe Ă  4 ?

June 23, 2012     
6 people like this post.

Le “mini-sommet” de Rome, le vendredi 22 juin 2012, a suscitĂ© un nouveau phantasme: “l’Europe Ă  4″. AprĂšs “l’Europe Ă  2″ - Allemagne-France, dite “Merkozy” - viendrait le temps d’une “Europe Ă  4″: Allemagne, France, Italie et Espagne. Et d’agiter le thĂšme d’une Europe Ă  plusieurs vitesses, une rĂ©alitĂ© avĂ©rĂ©e depuis longtemps via l’euro et l’espace Schengen mais aussi Ă  travers des performances Ă©conomiques trĂšs variables. Rappelons que le PIB par habitant en 2011 dans les 27 Etats membres a variĂ© de 45 Ă  274% de la moyenne de l’UE-27…(pdf. Eurostat)

Le jeu de l’Union europĂ©enne Ă  27

Au risque de dĂ©cevoir, rappelons que le jeu de l’Union europĂ©enne a des rĂšgles, prĂ©cisĂ©es dans les traitĂ©s dĂ©finis par les Etats membres. Jusqu’en 2014, il faut rassembler au moins 255 voix pour qu’une dĂ©cision soit acquise Ă  la majoritĂ© qualifiĂ©e au Conseil europĂ©en comme au Conseil [des ministres]. Les 4 pays membres rassemblĂ©s Ă  Rome pour ce mini-sommet ne rassembleraient - Ă  condition d’ĂȘtre d’accord - que 114 voix (Allemagne, France et Italie disposent chacune de 29 voix et l’Espagne de 27).  Autrement dit, il manquerait Ă  cette hypothĂ©tique coalition 141 voix pour espĂ©rer emporter une dĂ©cision Ă  la majoritĂ© qualifiĂ©e. 141 voix qu’il faudrait aller chercher auprĂšs de plusieurs des 23 autres pays membres.

L’Europe des 4 restera un phantasme

Il semble donc trĂšs exagĂ©rĂ© de parler d’une “Europe des 4″. L’Union est fondĂ©e sur la nĂ©gociation et le compromis entre pays membres. C’est long et difficile, parfois peu appropriĂ© en temps de crise, mais toujours mieux que la guerre. Il n’est pas certain que la dramatisation permanente fasse avancer la comprĂ©hension de ce systĂšme complexe.

Enfin, rien ne prouve que ces 4 pays soient vĂ©ritablement d’accord sur un deal entre plus de solidaritĂ© via la mutualisation d’une partie des dettes souveraines et de nouveaux transferts de souverainetĂ© au service d’une union politique renforcĂ©e.

Au-delĂ  du montage qui finira par sortir de ce rapport de force, il restera aux 27 pays membres Ă  relever le dĂ©fi de leur compĂ©titivitĂ©. Rappelons qu’un des effets des Ă©largissements de l’Union europĂ©enne (2004 et 2007) a Ă©tĂ© de repousser aux calendes grecques l’augmentation de la part du PIB consacrĂ©e Ă  la Recherche et DĂ©veloppement. Un des nombreux “non-dits” de l’UE Ă  27.

Les opinions exprimĂ©es dans ce blogue sont strictement personnelles et ne reflĂštent pas nĂ©cessairement celles de Global Brief ou de l’Ecole des affaires publiques internationales de Glendon.

Share and Enjoy:
Print This Post Print This Post | Send to a friend








Spam Protection by WP-SpamFree

<< back to blogger