Europe: la Russie marque un point

December 1, 2013     
8 people like this post.

L’Ukraine vient de faire sensation en signifiant qu’elle refusait de signer un accord d’association avec l’UE… suite aux pressions de Moscou qui entend bien la faire basculer dans une union douani√®re √† la main du Kremlin. Kiev rejoindrait alors Erevan. Que la G√©orgie et la Moldavie - 2 des 6 pays du partenariat oriental de l’UE - semblent mieux pr√©dispos√©es n’est pas n√©gligeable… mais leur poids g√©opolitique reste tr√®s inf√©rieur √† celui de l’Ukraine.

De quoi s’agit-il ?

La partie qui se joue remonte √† loin, tr√®s loin. D’abord, la Russie consid√®re que l’Ukraine est son berceau historique et Kiev, sa capitale, la ville m√®re de toutes les villes de la Sainte Russie… Ensuite, la Pologne et la Lituanie gardent le souvenir √©mu d’avoir √©tendu leur influence en Ukraine, jusqu’√† l’Est de Kiev, √† l’√©poque du royaume de polono-lituanie, entre le XV et le XVIII e, autant dire hier dans des m√©moires nationales entretenues. De tous c√īt√©s, l’histoire se trouve instrument√©e. Le XXe si√®cle a √©t√© marqu√© par la R√©volution d’Octobre 1917 et la main mise de Moscou sur l’Ukraine, jusqu’√† y organiser une famine dans les ann√©es 1930 - l’Holodomor - qui co√Ľta la vie √† pr√®s de 6 millions d’Ukrainiens. C’est dire si le camarade Staline aimait l’Ukraine…

Ce XXe si√®cle est aussi celui qui voit une partie de l’intelligentsia polonaise inventer un discours dialectiquement subtil : si on retire √† la Russie sa main mise sur l’Ukraine, cela la forcera √† devenir une d√©mocratie. Vaste programme. Cet argumentaire a √©t√© - via la diaspora polonaise aux Etats-Unis - repris par certains courants politiques am√©ricains. Apr√®s avoir travaill√© durant la Guerre froide √† l’√©clatement sovi√©tique, obtenu le 8 d√©cembre 1991, les Etats-Unis se sont lanc√© dans une politique qui vise √† d√©sosser le poulet, autrement dit ¬†√īter √† la Russie la main mise sur son “√©tranger proche”, notamment les 6 pays du partenariat oriental de l’UE: Bi√©lorussie, Ukraine, Moldavie, G√©orgie, Arm√©nie et Azerba√Įdjan. N’oublions pas que les 3 pays Baltes - Estonie, Lettonie, Lituanie - sont d√©j√† int√©gr√©s √† l’OTAN puis √† l’UE depuis 2004. Cette strat√©gie am√©ricaine, soutenue par les Polonais et les Lituaniens a contribu√© aux r√©volutions de couleurs √† compter de 2003 en G√©orgie, 2004 en Ukraine, plus quelques tentatives en Bi√©lorussie en 2006 et en Moldavie o√Ļ le camarade Poutine fit contre-feu.

La bataille reste en cours mais Moscou vient de marquer un point. A vrai dire, les Ukrainiens se sont tir√© une balle dans le pied d√®s les d√©buts de la R√©volution orange par des luttes ridicules entre les deux t√™tes de l’ex√©cutif. Et les membres de l’UE sont en r√©alit√© divis√©s - une fois de plus, c’est √©tonnant - au sujet de la finalit√© de ce partenariat oriental et de la qualit√© des r√©sultats √† exiger. Si les Polonais, les Lituaniens et les Su√©dois sont motiv√©s, d’autres pays europ√©ens - dont la France - t√©moignent d’une solide indiff√©rence sur le sujet. On a m√™me vu Paris et Berlin faire le jeu de Moscou en 2009 pour barrer la route de l’OTAN √† l’Ukraine. Bref, le Kremlin joue bien quand les Europ√©ens sont finalement assez m√©diocres.

R√©sultat, Moscou a marqu√© un point. Pour autant, l’attractivit√© de l’UE peut mobiliser une partie des Ukrainiens et retourner la situation. Qui sait, peut-√™tre cet accord d’association finira-t-il par √™tre sign√©, mais avec un nouvel ex√©cutif √† Kiev.

Les opinions exprimées dans ce blogue sont strictement personnelles et ne reflètent pas nécessairement celles de Global Brief ou de l’Ecole des Affaires publiques et internationales de Glendon.

Share and Enjoy:
Print This Post Print This Post | Send to a friend








Spam Protection by WP-SpamFree

<< back to blogger