Obama et les Européens

April 13, 2012     
26 people like this post.

C’est étonnant que la relation entre le président Obama et les autres leaders occidentaux, notamment européens, ne soit pas plus féconde. Pourtant Barack Obama a une vision mondiale et les occidentaux sont confrontés à un défi sans précédent : la fin de leur quasi monopole géopolitique, du fait de la montée de dizaines d’émergents.

Les opinions européennes avaient été enthousiasmées en 2008 parce que « les américains avaient élu un noir » alors qu’Obama lui-même ne se situait pas ainsi, cf. son grand discours de Philadelphie. Mais les dirigeants européens étaient restés imprégnés de la vision simpliste et occidentaliste de G.W. Bush. Les uns et les autres s’inquiétèrent ensuite de façon puérile de ce que Obama ne s’intéresse pas assez à l’Europe, ce qui était pourtant logique : l’Europe n’est pour Obama ni un problème ni une solution. Se dépêtrer de l’héritage Bush, développer une vraie politique asiatique étaient ses priorités logiques.

Ensuite, que s’est-il passé ? Pas grand-chose. Les relations personnelles Obama/Merkel ou Cameron, ou Sarkozy, etc. ne sont pas mauvaises, parfois bonnes, par exemple sur la Libye. Mais cela « n’embraye pas ». Obama paraît détaché, voire distant par rapport aux Européens. Ceux-ci sont absorbés par leurs problèmes. Résultat : sur les grands problèmes communs : quelle politique avec les grands émergents ? Comment relancer une croissance sans bulle, couplée à la transformation écologique et énergétique ? Comment prévenir activement le clash Islam/Occident ? Comment mieux se coordonner à l’échelle de la planète au G7, au G8, au G20, et ailleurs ? il ne semble pas y avoir une stratégie occidentale. Les communiqués rituels (contre le terrorisme, la prolifération nucléaire, le protectionnisme, pour la croissance, la régulation, etc.) ne peuvent en tenir lieu. C’est un handicap.
La réélection – probable – en novembre 2012 de Barack Obama pourrait être l’occasion d’un nouveau départ stratégique transatlantique. Comment aborder ensemble les vingt prochaines années ? Les européens pourraient en prendre l’initiative.

Les opinions exprimées dans ce blogue sont strictement personnelles et ne reflètent pas nécessairement celles de Global Brief ou de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon.
The opinions expressed in this blog are personal and do not necessarily reflect the views of Global Brief or the Glendon School of Public and International Affairs.

Share and Enjoy:
Print This Post Print This Post | Send to a friend








Spam Protection by WP-SpamFree

<< back to blogger